Intervention en plénière sur les enfants palestiniens soignés en Belgique

Publié le par Fouad Lahssaini

Fouad Lahssaini (Ecolo-Groen!) : Après l'accueil à grand bruit d'enfants palestiniens blessés de Gaza dans notre pays, j'apprends que certains membres du groupe concerné sont invités à rentrer dans leur pays, les autorités estimant que les soins nécessaires ont été dispensés. Selon certains, la présence des accompagnateurs de ces enfants n'est plus nécessaire car ils montreraient une attitude trop revendicative.

Pourquoi ces retours sont-ils envisagés, alors que les médecins estiment que dans certains cas une période de deux à trois mois est encore nécessaire au rétablissement ? L'oncle d'une petite fille de quatre ans complètement paralysée a ainsi été invité à quitter la Belgique, alors qu'à mon sens, la présence d'un membre de sa famille est encore nécessaire auprès d'elle.

 

Laurette Onkelinx, ministre (en français) :

Je suis presque choquée par vos propos ! La Belgique est le premier et le seul pays européen à
accueillir des enfants, ce qui n'a pas été simple !

Le 14 janvier, six enfants gravement blessés ont été accueillis. La solidarité des hôpitaux a été
extraordinaire. Certains de ces enfants ont véritablement été sauvés par nos médecins. Un   enfant, guéri, est déjà retourné à Gaza. Cinq sont donc toujours ici. La petite fille dont vous parlez n'a pas quatre mais six ans. Elle est toujours hospitalisée et les démarches sont faites pour la transférer dans un centre de revalidation en Belgique. Il n'a jamais été question de la renvoyer à Gaza ! Elle est accompagnée de son oncle et on espère que sa maman pourra rapidement venir l'accompagner. Pour l'instant, c'est une dame d'origine marocaine qui est à son chevet en permanence.

Un autre enfant, qui est guéri, est sur le point d'être rapatrié. L'état de santé de deux autres enfants nécessitera des soins pendant un certain temps encore.

 

Fouad Lahssaini (Ecolo-Groen!) : Je n'ai pas dit que la fillette serait renvoyée à Gaza, mais son oncle le sera, et sans qu'il soit certain que sa mère arrivera entre-temps.

J'ai beaucoup de respect pour le travail des personnels des hôpitaux et pour la solidarité qui a
entouré cet accueil. Le problème est posé par l'encadrement des personnes et par le fait que le retour leur soit imposé.

 

L'incident est clos.

 

Chambre des Représentants - Séance plénière jeudi 02 avril 2009

Publié dans Parlement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article