Le Soir, 25/04/2008, page 18: « Ecolo est prêt à aider Charles Michel à augmenter l'aide au développement »

Publié le par Fouad Lahssaini

"Ecolo est prêt à aider Charles Michel à augmenter l'aide au développement"

Fouad Lahssaini Député fédéral Ecolo

Ancien président du Centre national de coopération au développement (CNCD), vous avez étudié attentivement le budget du ministre de la Coopération au développement, Charles Michel. Quelles sont vos conclusions ?

Face à l'actuelle crise alimentaire mondiale, on entend des ministres en charge du développement, dont le nôtre, lancer des interventions généreuses pour faire face à ces émeutes de la faim qui risquent de se propager. Sur ce thème, nous sommes tout à fait prêts à aider le ministre, à travailler ensemble pour compléter son budget. Par contre, nous ne souhaitons pas qu'il continue une certaine politique à base d'effets d'annonce, de trucs et astuces. Au-delà d'une aide ponctuelle pour faire face à cette crise, il faut faire un vrai effort budgétaire pour arriver à remplir les engagements pris par la Belgique d'arriver à 0,7 % du PIB consacré à l'aide au développement au 2010. Nous avons analysé les derniers chiffres, et, dans cette matière, nous nous retrouvons le plus mauvais élève du Benelux.

Que lui reprochez-vous ?

Nous déplorons la technique comptable utilisée pour gonfler le budget de l'aide au développement, en incluant par exemple dans ce budget l'accueil des demandeurs d'asile et des étudiants étrangers, et les reports de dette. Oui, ces pratiques sont admises par l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), mais il est tout à fait possible d'être un peu plus exigeant. De plus, après deux années durant lesquelles le budget de l'aide au développemement a été en chute, Charles Michel a annoncé un budget en hausse de 28 %. C'est du bluff : ce pourcentage n'a été atteint que parce que la Belgique a payé en retard des contributions dues l'an dernier au FMI et à la Banque Mondiale ! En réalité, le budget n'a été augmenté que de 3 %, soit une hausse équivalant à l'index.

Le ministre semble cependant de bonne volonté…

Je répète que nous sommes tout à fait prêts à l'aider. Écolo défend depuis le début les Objectifs du Millénaire, qui visent à diviser par deux la pauvreté dans le monde, mais il faut pour y arriver de vrais efforts budgétaires et pas du bluff. Selon la Cour des Comptes, pour arriver à 0,7 % en 2010, il faut augmenter chaque année le budget de l'aide au développement de 350 millions. Or nous avons vu comme l'actuel gouvernement à dû se battre pour dégager 100 millions ici ou là… Nous l'aiderons dans ses efforts budgétaires, mais Écolo déplore que l'aide belge au développement soit de plus en plus désintéressée de l'agriculture. En 10 ans, la part de cette aide destinée à l'agriculture dans les pays du sud est passée de 9 à 4,5 % du budget de la coopération, alors que c'est l'agriculture qui fait vivre la majorité de la population de ces pays. De plus, nous regrettons que le gouvernement ait attendu ces émeutes de la faim pour annoncer qu'il va faire quelque chose. Depuis 2 ans, Écolo, voyant les prix de l'alimentation augmenter, annonçait qu'on allait droit à la catastrophe…

Quelles sont vos propositions pour trouver ces 350 millions ?

Nous pensons qu'il y a moyen de dégager des sommes importantes en collaboration avec les ministres de la Défense et des Finances. Nous nous demandons si le budget concernant la présence belge en Afghanistan n'est pas trop gonflé. Du côté des Finances, nous estimons qu'il y a certainement moyen de récupérer des sommes importantes autour des intérêts notionnels.

Le CDH semble aussi sensible à ce sujet, on peut imaginer que le MR soutient son ministre, et le PS ne devrait pas être en reste. Il y aurait donc unanimité du côté francophone pour augmenter le budget de l'aide au Développement ?

Alors d'urgence, réunissons-nous, passons aux actes ! Travaillons dans la transparence. Mais il nous semble important aussi que la Belgique ose affirmer aux instances internationales, telles le FMI et la Banque Mondiale, que les politiques néolibérales prônées par elles sont une des causes de l'actuelle crise. La Belgique doit prendre une position forte et, par exemple, ne pas payer à ces organismes certaines contributions non obligatoires. L'Union européenne aussi devrait revoir sa position : la manière dont elle tente d'imposer les Accords de partenariats économiques à ses partenaires du Sud est scandaleuse. Il est temps d'en finir avec cette politique liée à des conditions que refusent les pays du Sud. La Belgique doit renouer avec une politique étrangère claire et courageuse. Dans les années 2000, lorsque Louis Michel était aux Affaires étrangères et Écolo membre du gouvernement, la Belgique avait une politique louable et honorable.

Quelle est votre position en matière d'agrocarburants ?

Nous souhaitons que l'Union européenne établisse un moratoire gelant l'attribution de nouvelles terres agricoles à la production de ce type de carburants. Écolo va prochainement revenir là-dessus, car c'est fondamental. Notre gouvernement doit insister là-dessus, d'autant que le débat sur les critères de durabilité concernant ces carburants est encore en cours. Système néolibéral oblige, la recherche dans ce secteur s'est hélas concentrée sur le mode de production de biocarburants le plus rentable, et non sur le plus durable.

Véronique Kiesel

Publié dans aide au développement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article