Acteur de développement

Publié le par Fouad Lahssaini

Extrait de la lettre de diffusion n° 648 Dounia News de la semaine du 20 au 26 novembre 2006

Editorial


La solidarité, rien à foutre

Le CNCD ( Centre national de coopération au développement) est présidé depuis un an par Fouad LAHSSAINI, brillant universitaire et militant associatif confirmé. Fouad Lahssaini a énormément contribué à faire avancer des dossiers sensibles lorsqu'il était, jusqu'en 2004, parlementaire régional bruxellois. Il a beaucoup agi dans l'ombre dans le domaine de la conciliation pour les cas de rapts familiaux sans chercher à diaboliser le parent étranger ou celui ayant été victime du rapt de son enfant.

Fouad LAHSSAINI a toujours oeuvré dans la discrétion. Il n'a jamais cherché à mener des campagnes électorales à caractère éthnique. Sa communauté d'origine qui n'est pas reconnaissante envers ce genre de militants ne l'a pas élu en 2004, lui préférant des analphabètes comme Chahid Mohammadi ou des opprtunistes comme Fouad Ahidar.

Le CNCD présidé donc par Fouad LAHSSAINI vient de lancer la fameuse opération 11.11.11. Cette campagne annuelle qui mobilise en région francophone des milliers d'enfants, de jeunes, d'enseignants et d'associatifs se déroule du 10 au 19 novembre. L'objectif est de récolter de l'argent par la vente de cartes et de prospectus en vue de l'investir dans des projets d'aide aux pays du tiers monde mais égalemnt de financer des projets ici en Belgique pour soutenir des ONG agissant contre la pauvreté.

Vous les avez sûrement rencontrés, ces jeunes vendeurs, à l'entrée des grandes surfaces et dans les carrefours les plus importants de notre capitale, proposant ces cartes solidaires.

En revanche, dans les quartiers ghettos marocains et turcs, aucune association ne semble s'intéresser à cette mobilisation qui fait de nous des citoyens à part entière de ce pays qui est le nôtre.

A la question suivante, posée par le site Wafin.be à Fouad LAHSSAINI:

Question: ....Ceux d'origine marocaine se sont mobilisés quand il y a eu le tremblement de terre d'Alhoceima..

Réponse: En effet, quand ça touche une zone qui est proche de la région d'origine, ils se mobilisent . Mais quand il s'agit d'un ailleurs, là , j'ai l'impression que la solidarité est plus froide.      

En disant cela, Fouad LAHSSAINI fait plutôt allusion d'abord à ces élu(e)s d'origine marocaine qui se sont déplacés vers AL HOCEIMA suite au tremblement de terre qui a frappé cette région. Ce sont entre autres, Jamal IKAZBAN, Fatiha SAIDI, Fouad AHIDAR ou encore Tamimount SAIDI et tant d'autres qui ont remué ciel et terre pour collecter des fonds et du matériel afin de venir en aide aux sinistrés d'AL HOCEIMA.

Où sont ils aujourd'hui lorsqu'il s'agit de collecter des fonds pour d'autres pays du tiers monde? Où sont ces associations marocaines qui organisent régulièrement des téléthons pour financer des projets au Maroc et exclusivement au Maroc?

On pourra sans doute reprocher beaucoup de choses aux anciennes associations des premiers migrants, mais on doit à la vérité historique de reconnaître que durant les années soixante et septante, ces associations ont toujours répondu présents lorsqu'il s'était agi de soutenir le combat des peuples vietnamien, chilien, espagnol ou grec contre l'impérialisme US ou les dictatures des colonels grecs ou du régime franquiste ou de se montrer solidaire à l'égard des pauvres et des précarisés de chez nous.

Aujourd'hui, les golden boys de la politique pensent "carrière", "réussite" "défi" " gagne" ou encore "challenge".

La solidarité, on s'en fout

 
Khalil Zeguendi

 

Publié dans aide au développement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article